Selon Chainalysis, l’Afrique dans le top 3 économies Bitcoin

L’adoption des crypto-monnaies dans la région africaine a connu une croissance exponentielle depuis 2020, selon la société d’analyse blockchain.

La société d’analyse blockchain Chainalysis a indiqué que l’Afrique a connu une envolée du marché des crypto-monnaies au cours de l’année dernière. La société a révélé que le marché africain des crypto-monnaies a enregistré une hausse de 1 200 % de sa valeur entre juillet 2020 et juin 2021. Cet essor a été stimulé par le trading de pair à pair, l’adéquation de la crypto comme réserve de valeur et son utilisation pour faciliter les transferts de fonds. Les derniers chiffres placent le continent au troisième rang des économies Bitcoin à croissance rapide dans le monde.

Le rapport, publié mardi, souligne également que le volume des transactions vers les pays africains au cours de la même période était d’environ 105,6 milliards de dollars. Il révèle en outre que certains pays africains ont enregistré un nombre élevé d’adoptions de crypto-monnaies au niveau local, le Kenya, le Nigeria et l’Afrique du Sud figurant tous parmi les 20 premiers pays de l’indice Chainalysis Global Crypto Adoption Index.

C’est également en Afrique que l’on trouve la plus grande part de transactions de détail, 7 % du total des transactions de crypto-monnaies étant de cette nature, contre une moyenne mondiale de 5,5 %. Le trading P2P a été l’un des moteurs les plus importants de l’espace crypto en plein essor en Afrique, les deux plus grandes plateformes de trading P2P au monde ayant connu une croissance substantielle dans la région au cours de cette période.

Le continent se distingue par la dominance des transactions P2P, battant tous les autres. Sur le volume total des transactions, 1,2 % a été attribué au trading P2P et 2,6 % de toutes les transactions Bitcoin sont basées sur le P2P.

Les utilisateurs de crypto-monnaies en Afrique se sont tournés vers le trading P2P, principalement en raison des restrictions gouvernementales. De nombreuses banques de la région n’ont aucune disposition permettant aux utilisateurs de transférer de l’argent de leurs comptes vers leurs wallets de crypto-monnaies. Cependant, la décentralisation du P2P permet de contourner cet obstacle.

Artur Schaback, cofondateur de Paxful, a noté la croissance de 57 % et de 300 % que sa plateforme a connue l’année dernière au Nigeria et au Kenya, respectivement. Adedeji Owonibi, PDG de Convexity, une entreprise nigériane de solutions blockchain, a expliqué à Chainalysis comment le manque de banques facilitant les transactions cryptos avait augmenté la popularité des options P2P.

« Binance était de loin la plateforme la plus populaire, mais après la sanction de la banque centrale, beaucoup se dirigent vers des plateformes P2P, comme Paxful et Remitano. »

Owonibi a en outre souligné qu’une part importante des transactions P2P a lieu sur des plateformes informelles telles que les applications de messagerie. Cela pourrait signifier que la prévalence du P2P en Afrique pourrait être encore plus élevée qu’on ne le pense.

« Le trading P2P informel est énorme au Nigeria sur WhatsApp et Telegram. J’ai vu des jeunes et des hommes d’affaires de ces groupes effectuer des transactions de plusieurs millions avec des marchands de gré à gré populaires. »

Davantage de gouvernements africains cherchent désormais à entrer dans le jeu de la blockchain, bien qu’ils aient été auparavant prudents.

L’article Selon Chainalysis, l’Afrique dans le top 3 économies Bitcoin est apparu en premier sur Coin24.

Laisser un commentaire