Les Entreprises De Crypto-Monnaie Sont Maintenant Reconnues Comme Des Entreprises De Services Monétaires Au Canada

À partir d’aujourd’hui, les entreprises canadiennes opérant avec des devises virtuelles seront légalement reconnues comme des entreprises de services monétaires.

Les échanges de cryptomonnaies et les processeurs de paiement sont désormais légalement reconnus comme des entreprises de services monétaires (ESM) au Canada.

Le 1er juin a vu la promulgation d’amendements à la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes du Canada, qui ont été adoptés en juin 2019 pour combler les lacunes du cadre alors en vigueur.

Les entreprises de cryptographie Candian doivent maintenant déclarer toutes les transactions dépassant 10 000 dollars canadiens (7 403 $), s’inscrire et se conformer au Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE).

La reconnaissance soulage

Le 29 mai, le PDG de la bourse d’échange d’actifs cryptographiques canadiens BullBitcoin, Francis Pouliot, a tweeté:

«Aujourd’hui est mon dernier jour en tant que distributeur non réglementé de monnaie virtuelle. Depuis le 1er juin 2020, les échanges et les processeurs de paiement Bitcoin sont officiellement réglementés en tant qu’entreprises de services monétaires au Canada. »

Pouliot avait passé plus d’une demi-décennie à lutter pour la reconnaissance légitime du secteur canadien de la cryptographie, après avoir rejoint la Bitcoin Foundation Canada en tant que directeur des affaires publiques en 2014. 

«J’ai été étroitement associé au processus, à partir de 2014, en collaboration notamment avec le ministère des Finances et CANAFE. Notre position n’a jamais changé: le Bitcoin est de l’argent, il devrait être réglementé comme tout autre argent, ni plus ni moins », a-t-il ajouté.

Pouliot note que la nouvelle réglementation affectera principalement les entreprises en espèces telles que les opérateurs de Bitcoin ATM, ajoutant que «la plupart des entreprises Bitcoin avaient déjà des mesures KYC en place […] parce qu’elles étaient tenues de le faire par leurs partenaires bancaires ou de traitement des paiements».

La reconnaissance du MSB fait suite à cinq ans de négociations

Pouliot décrit les négociations politiques prolongées qui ont mené à la modification législative de l’an dernier, indiquant que le Parlement canadien avait initialement décidé d’adopter le règlement en 2014.

«Il a fallu cinq ans pour convenir / négocier des activités spécifiques couvertes et des aspects techniques de la réglementation», a-t-il ajouté.

En réponse aux tweets de Pouliot, l’utilisateur de Twitter “NODEfather” a écrit: “Je suis allé en prison pour avoir vendu 9.998 BTC pour 9.260,80 USD en 2014, Unlicensed Money Transmission, qui utilisait le Banking Secrecy Act 1970, une loi de 50 ans et plus appliquée au #Bitcoin. “

Laisser un commentaire