Le Venezuela Crée Un «Pool Minier Numérique» Pour Contrôler Tout Le Pouvoir De Hachage Du Pays

Le gouvernement vénézuélien crée un pool minier appartenant à l’État et interdit aux mineurs de fournir de l’énergie de hachage en dehors de celui-ci.

L’industrie minière au Venezuela dispose désormais de son propre cadre réglementaire. La Surintendance nationale des cryptoactifs et autres activités connexes a publié lundi la «Providence qui réglemente les activités liées à l’utilisation, l’importation et la commercialisation de matériel minier numérique.»

L’instrument juridique est apparu au Journal officiel n ° 41 969 et est déjà en vigueur. Ce serait la première loi spécifiquement créée pour réglementer le secteur minier de la crypto-monnaie dans un pays … Mais tout n’est pas aussi beau qu’il en a l’air.

Un point pour la centralisation extrême d’un projet décentralisé

L’instrument juridique oblige tous les mineurs, assembleurs ou fournisseurs de services miniers à rejoindre un registre spécial des mineurs. Il s’agit d’une condition fondamentale pour l’obtention des licences nécessaires pour exercer légalement l’activité.

En outre, un «National Digital Mining Pool» est créé par la loi pour rassembler tous les mineurs indépendants qui vivent dans le pays. Le Venezuela est actuellement le pays d’Amérique latine avec le plus de puissance de hachage, le plus d’adoption et le plus d’activité commerciale. La loi stipule également que le gouvernement vénézuélien peut accorder des avantages, des incitations et proposer des exemptions pour encourager les mineurs numériques à rejoindre le pool national.

Cependant, la pièce a un côté laid – un très laid. Chaque Vénézuélien qui s’engage dans l’activité est incapable de choisir à quel pool rejoindre car à partir d’aujourd’hui, il doit exploiter le pool du gouvernement à moins qu’il ne soit prêt à payer de lourdes amendes:

Article 19. Les utilisateurs qui s’engagent dans l’exploitation minière numérique sans être connectés au National Digital Mining Pool seront soumis aux mesures, infractions et sanctions fixées par le décret constitutif sur le système cryptoactif intégré.

De même, le document établit désormais que la création de fermes minières se fera «sous la supervision technique et professionnelle de son personnel». De cette manière, les responsables de Sunacrip pourraient avoir un plus grand contrôle personnel sur les nouvelles entreprises minières.

Le Venezuela suscite toujours le débat avec ses décisions

Cette nouvelle a suscité des réactions controversées d’experts dans le domaine. Le Venezuela est l’un des pays les plus corrompus au monde, et donner à l’État le contrôle de l’activité minière et de la «distribution des bénéfices» qu’elle génère pourrait potentiellement nuire à tous les mineurs vénézuéliens dont les revenus seraient désormais contrôlés par une entité gouvernementale.

Cependant, il y a un côté positif: bien que l’extraction de crypto n’ait jamais été illégale – comme le disent certains médias – la vérité est qu’elle est persécutée depuis longtemps. Peut-être que ce nouvel ordre juridique mettra un terme à cette période d’incertitude pour l’industrie… C’est-à-dire en supposant que les mineurs se sentent à l’aise pour donner le contrôle de leur entreprise au gouvernement vénézuélien.

Laisser un commentaire