Le Royaume-Uni Rédige Des Règlements Sur Les Monnaies Stables Et Recherche Une CBDC

Le département du Trésor du Royaume-Uni a révélé qu’il rédigeait des propositions pour réglementer les pièces stables privées tout en recherchant également les monnaies numériques des banques centrales, ou CBDC, comme alternative aux espèces.

Dans une annonce publiée le 9 novembre, le chancelier du Trésor britannique Rishi Sunak a noté les prochaines propositions de réglementation ainsi que d’autres objectifs pour le secteur des services financiers du pays – y compris un examen du régime de cotation du Royaume-Uni et le soutien à la finance verte.

«Les nouvelles technologies telles que les stablecoins – des monnaies numériques privées – pourraient transformer la façon dont les gens stockent et échangent leur argent, rendant les paiements moins chers et plus rapides.»

La nouvelle intervient au milieu d’une semaine de négociations décisives entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur un accord commercial post-Brexit. Le chancelier Sunak a déclaré qu’il espérait que le secteur des services financiers du Royaume-Uni mènerait «la conversation mondiale sur les nouvelles technologies telles que les pièces stables et les monnaies numériques des banques centrales» à l’avenir:

«Nous entamons un nouveau chapitre de l’histoire des services financiers et renouvelons la position du Royaume-Uni en tant que première place financière mondiale. […] Nos plans garantiront que le Royaume-Uni évoluera en tant que marché ouvert, attractif et bien réglementé. »

Bien que les détails soient rares, l’annonce affirme que le projet de directives exigera que les initiatives de stablecoin respectent les mêmes normes minimales que les entités fonctionnant avec d’autres méthodes de paiement.

Le document révèle également que la banque centrale et le Trésor anglais recherchent actuellement une CBDC, la chancelière accueillant favorablement le travail des deux départements sur «si et comment les banques centrales peuvent émettre leurs propres monnaies numériques en complément des espèces».

Les implications réglementaires des jetons stables sont devenues un sujet de préoccupation majeur après l’annonce par Facebook de son plan de lancement de la monnaie numérique Libra en juin 2019.

Depuis lors, les législateurs européens ont constamment appelé au développement de directives réglementaires strictes et claires avant de permettre aux pièces stables privées de s’implanter dans leurs juridictions, soulignant les préoccupations entourant la souveraineté monétaire et la protection des consommateurs.

En revanche, le chancelier du Trésor britannique semble avoir effectué une évaluation beaucoup plus équilibrée du secteur en plein essor des monnaies stables, notant que les initiatives de jetons stables subiront la même surveillance que les paiements existants.

Laisser un commentaire