La Géorgie réaffirme l’attitude optimiste à l’égard de la crypto après avoir exonéré la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les bitcoins


La Géorgie a rejoint la liste des pays élites à avoir exonéré de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur Bitcoin. Un projet de loi à ce sujet a récemment été adopté et adopté après sa signature par le ministre des Finances de la Géorgie, Nodar Khaduri. La Géorgie exemptera tous les opérateurs de la pièce numérique, qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’un particulier, de n’importe quel type de TVA sur les crypto-monnaies. Le projet de loi signé par le ministre des Finances fournit également une définition des monnaies numériques décentralisées. Ça dit,

«Les crypto-monnaies sont des actifs numériques échangés électroniquement et basés sur un réseau décentralisé. Leur échange ne nécessite pas d’intermédiaire fiable et ils sont gérés à l’aide de la technologie de grand livre distribué. ”

Les recettes générées par la perception de la TVA constituent une part importante de la taxe perçue par les gouvernements du monde entier, car la taxe est applicable à la majorité des biens et des services. Ainsi, la décision du gouvernement géorgien de supprimer la TVA sur les transactions Bitcoin montre l’attitude optimiste du gouvernement de Tbilissi envers les crypto-monnaies.

Toutefois, le ministre des Finances a souligné que la monnaie nationale, le lari géorgien, demeurera la seule monnaie légale d’utilisation. Le bitcoin ou toute autre forme de jeton numérique ne peut pas être utilisé comme moyen d’échange.

Les pays européens ouvrent la voie à une réglementation décentralisée des actifs numériques

Il n’existe actuellement aucun document de référence pour les pays européens en termes de taxation de l’utilisation ou du commerce des crypto-monnaies. Malgré cela, de nombreux pays européens ouvrent lentement la voie à une réglementation décentralisée des actifs numériques. L’Allemagne considère les crypto-monnaies comme un investissement, mais l’impôt sur les plus-values ​​n’est perçu que si ces avoirs sont conservés moins d’un an. Le Royaume-Uni a placé les crypto-monnaies dans la catégorie des monnaies étrangères, tandis que les Suisses doivent payer des impôts et des taxes sur leurs bénéfices numériques.

Bien qu’il n’y ait pas de TVA pour la détention ou le commerce de crypto-monnaies en Géorgie, il n’en va pas de même pour les sociétés minières. La loi stipule que ces sociétés minières doivent payer la TVA si leur siège est situé dans le pays. La Géorgie dispose d’une abondance d’énergie électrique propre et bon marché via ses centrales hydroélectriques, ce qui en fait un point chaud pour diverses activités minières. Afin d’éviter de payer la TVA au gouvernement, ces sociétés minières pourraient déplacer leur siège social et s’enregistrer à l’étranger, tout en poursuivant leurs activités minières dans l’État.

Source.ambcrypto 

Laisser un commentaire