La « Crypto Valley » suisse va tester le vote Blockchain

Les habitants de la ville suisse, Zug , utiliseront le système eID de la ville pour voter en utilisant leurs smartphones ce mois-ci dans le cadre d’un test de vote basé sur la chaîne de blocs, selon la Société Suisse de Radio-Télévision . Du 25 juin au 1er juillet, les résidents téléchargeront une application pour s’inscrire pour voter.

La ville, qui abrite la « Crypto Valley » en raison de ses nombreuses start-ups de blockchain, a mis en place son système eID en novembre dernier et compte déjà près de 200 utilisateurs. Zug accepte déjà les crypto-monnaies pour payer certains services de la ville.

Électeurs pour résoudre plusieurs problèmes

On demandera aux électeurs s’ils croient que les identifications numériques devraient servir à payer les frais de stationnement et à emprunter des livres de bibliothèque. On leur demandera également si les identifications numériques devraient être utilisées pour de futurs référendums.

Les résultats des votes ne seront pas contraignants puisque le sondage n’est qu’un test. La ville tente de déterminer si la technologie blockchain peut être utilisée à plus grande échelle.

La ville a lancé l’eID l’automne dernier pour donner un accès numérique aux services du conseil sur une base de test. Le test a donné aux utilisateurs un contrôle total sur leurs données.

Le pilote votant sera le premier test de vote électronique en Suisse. Le gouvernement veut que les deux tiers des cantons du pays proposent le vote électronique d’ici la fin de l’année prochaine.

Systèmes d’identification numérique Expand

Le système d’identification électronique Zug n’est pas le seul système de ce type en Suisse.

Un autre système d’eID dans le canton de Schaffhouse, lancé avec l’aide de Procivis, n’est pas sur une chaîne de blocs. Ce système, qui sera lancé à la suite d’un test qui a débuté en décembre, permet aux smartphones d’accéder aux taxes, au trafic routier, à la protection de l’enfance et à d’autres services. L’accès sera également accordé aux entreprises.

En outre, un système national d’identification numérique appelé SwissSign a été lancé l’année dernière par un consortium privé composé de banques, de compagnies d’assurance, d’un opérateur boursier, de la Poste et des Chemins de fer fédéraux suisses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *