David Schwartz, donne un aperçu des défis associés à l’adoption du XRP par les institutions financières et souligne les limites de la monnaie numérique JPM Coin.

  • David Schwartz, directeur technique de Ripple, a donné un aperçu des défis associés à l’adoption du XRP par les institutions financières.
  • Schwartz a souligné les limites de la monnaie numérique de JPMorgan Bank, le JPM Coin.

La semaine dernière n’a pas été trop bonne pour les altcoins. Alors que le prix du Bitcoin a augmenté de près de 30% en un mois et de 6,42% en une semaine, Ethereum et XRP ont perdu 4,95% et 5,19% de leur prix sur la même période. En ce sens, un membre de la communauté XRP a exprimé son mécontentement sur Twitter.

L’utilisateur a demandé au directeur technique de Ripple, David Schwartz, si un commentaire qu’il avait fait en 2017 sur l’adoption accrue du XRP resterait une prédiction non réalisée, car une augmentation de l’acceptation est généralement associée à une augmentation correspondante du prix du XRP. Schwartz a répondu que son commentaire visait simplement à exprimer que Ripple mettra en œuvre une stratégie visant à une adoption accrue et «n’attendra pas que les banques introduisent des actifs numériques de leur propre initiative».

L’utilisateur a également demandé à Schwartz les raisons qui conduiraient une banque à introduire un actif comme le XRP. Il a également évoqué la possibilité d’une «opération d’opposition coordonnée» des institutions financières, qui pourrait rendre le XRP pratiquement inutile. Le CTO de Ripple a nié une telle possibilité et a d’abord expliqué les obstacles qui ralentissent l’adoption du XRP:

Incertitude réglementaire, problèmes du dernier kilomètre, crainte de représailles de la part des partenaires existants, etc. Un autre élément important est que les meilleurs clients sont ceux qui utiliseront des ressources de transition pour créer de nouveaux produits. Ils sont très motivés pour voir les projets aboutir et en feront profiter les clients. Mais dans ce cas, même lorsqu’ils sont prêts à partir à 100%, ils n’ont toujours aucun client car le produit est nouveau. Il est donc lent à prendre de l’élan.

Les obstacles posés par Schwartz, en particulier la réglementation, pourraient même amener Ripple à migrer son siège. Comme son PDG, Brad Garlinghouse, l’a souligné à plusieurs reprises, les États-Unis devraient encourager l’innovation. Au lieu de cela, la réglementation actuelle et le cadre juridique ont l’effet inverse, selon BG. Sinon, la société basée à San Francisco pourrait se rendre au Royaume-Uni, au Japon ou à Singapour.

Le directeur technique de Ripple et son point de vue sur la devise de JPMorgan

D’autre part, Schwartz a commenté le lancement officiel de la monnaie numérique du géant bancaire JPMorgan. Connue sous le nom de JPM Coin, la devise est destinée à être un instrument pour augmenter ses capacités de paiement international. Par conséquent, il a été classé comme un concurrent potentiel de XRP. Cependant, Schwartz a souligné les limites de JPM Coin:

JPM Coin ne sera utile que pour les personnes qui font confiance à JPM, se trouvent dans une juridiction compatible avec JPM et ne se soucient pas de leur souveraineté. Un système que personne ne peut posséder et contrôler est, IMO, meilleur – surtout si vous êtes en concurrence avec JPM, ou si vous espérez le faire.

Laisser un commentaire